Médecine Traditionnelle Tibétaine (MTT)

Médecine Traditionnelle Tibétaine (MTT)

 Médecine Traditionnelle Tibétaine (MTT)

L'Académie Internationale pour la Médecine Traditionnelle Tibétaine (IATTM) a été fondée en 2006  afin de garantir l’intégrité et l’authenticité des enseignements de la Médecine Traditionnelle Tibétaine (MTT) et de favoriser la pérennité de sa pratique. 

 La Médecine Traditionnelle Tibétaine  «Sorig » est le nom officiel de la médecine tibétaine, une combinaison des mots « Sowa » traduit par guérison ou nourrir et « Rigpa» qui signifie science. Dans cet exposé, nous partirons des fondements médicaux tibétains avec l’établissement d’une typologie pour comprendre le diagnostic et le panel des traitements prodigués dans ce domaine. Principes fondamentaux :1.     Tendrel : interdépendanceLe savoir médical tibétain remonte entre 7000 et 10 000 ans avant notre ère.Il est apparu avec les habitants des hauts plateaux tibétains qui, observant le comportement des animaux pour se soigner ont commencé à établir des principes de guérison.Un des concepts de base de la médecine traditionnelle tibétaine est appelé Tendrel. TEN veut dire dépendance et DREL signifie connecté. En d'autres mots c'est ce que l'on appelle l'interdépendance. La vision holistique provient également de cette idée que tout est relié. 2.     Dju wanga : les 5 élémentsPartant de ce principe, les cinq éléments : l'espace (Namkha), le vent (rLung), le feu (Me), l’eau (Chu) et la Terre (Sa) sont à la base de toute création matérielle, notamment celle du corps.Tout naît, se développe et meurt grâce aux cinq éléments. C'est aussi le liant qui permet de nous intégrer à notre environnement. Vous pourrez trouver plus de précision sur les cinq éléments : La théorie des cinq éléments.   L’amchi, c'est-à-dire le médecin va rechercher l’équilibre du corps à travers les cinq éléments. Ce processus est fondamental dans un diagnostic ou pour le traitement. Tout se fait par une synthèse et des connexions entre les éléments internes et externes au corps.Par exemple le rLung (vent) circule dans les oreilles et les os et les relie, et par ailleurs, les oreilles sont reliées aux reins. Ceci constitue une des prises en compte pour compléter un diagnostic et obtenir un traitement profond. Ces connexions se font simplement au début pour éviter les confusions. On observe si le déséquilibre est froid ou chaud puis on défini la ou les humeurs concernées et les organes à corréler. Cela constitue la trame de fond d’un diagnostic. 3.     Nye pa sum : les 3 humeursEntre en compte la théorie des trois humeurs : rLung, Tripa, Bekhan, traduites respectivement par Vent, Bile et Phlegme.Chaque humeur naît aussi de l’union des cinq éléments :

Humeurs                                         Eléments                                              Qualité                MétaphoreRlung (Vent)                          Espace + vent(Namkha + rlung)                     Neutre                 singeTripa (Bile)                             Espace + feu (Namkha + me)                        Chaud                 TigreBekhan (Phlegme)                Espace + eau+terre (Namkha + chu + sa)      Froid                   Eléphant

Une humeur s’envisage d’un point de vue interrelationnel comme nous l’avons vu et elle se décèle durant le diagnostic.Une humeur peut être en excès ou en déficit et une typologie peut être en fonction de ses combinaisons, froide, chaude, neutre.

Le diagnostic :Une fois compris, les principes restent en toile de fond pour établir un diagnostic.Le diagnostic se divise en trois parties : 1.     l’observation du patient : peau, œil, oreilles, langue, urine2.     la prise des douze pouls différents relatifs à chaque organe et de pouls plus subtils3.     l’anamnèse complète qui décortique le mode de vie, les goûts préférés, les réactions climatiques,         le sommeil et les rêves, l’alimentation, l’état de pensée, les relations aux monde extérieur, aux gens…

On agit en priorité sur l’alimentation et le style de vie en tenant compte de la saison. Ainsi on conseille à une personne de typologie Bekhan (phlegme) d’éviter de consommer du lait ou trop de produits laitiers, de remplacer le sucre par du miel, de rester dans des endroits chauds et secs…L’apport de substances qui guérissent c'est-à-dire les médicaments sont extraits de la nature : plantes, minéraux et quelques substances animales. Cet apport de médicament peut se faire de façon très soft et néanmoins efficace en utilisant des épices ou des condiments dans son alimentation. Pour notre cas Bekhan on préconise le poivre noir et toute substance réchauffante par exemple.

Autrement, les médicaments sont souvent des composés ingérés sous forme de poudres, de pilules ou décoctions. La médecine tibétaine recèle 2 293 ingrédients médicinaux, végétaux, substances animales telles que la corne, la carapace de crabe et des substances minérales comme les turquoises, la calcite, le quartz. Certaines pilules appelées pilules précieuses et données en dernier recourt peuvent contenir de nombreux composants y compris des pierres précieuses et semi-précieuses telles que le quartz, la turquoise ou le diamant. 

Legal imprint